Journée de solidarité 2015 : un seul cœur pour l’Equateur

IMG_4255Cela faisait quelques semaines déjà que l’on s’y préparait activement. Les maîtresses et les professeurs de culture religieuse, les élèves, l’équipe d’animation pastorale, la direction et tout Sainte-Anne. Encore un peu et tout le monde parlait l’espagnol. Chacun y a mis du sien, de l’enthousiasme et de la bonne humeur.

Et puis le jour J est arrivé. Un mardi de Semaine sainte. 280 Bol de riz, environ un millier de petits cœurs, sans oublié les Pains partagés du premier degré, et puis des rencontres, des temps de partage, de prière et des chants… Comment dire la richesse d’une Journée de Solidarité comme celle que nous venons de vivre ?

Nos regards étaient tournés, cette année, vers l’Equateur où partiront au mois d’août prochain 15 jeunes et leurs accompagnateurs pour un voyage humanitaire à la rencontre d’une population et d’une culture qu’ils ignorent encore. Deux d’entre eux, Emeline et Antonin, 22 et 20 ans, nous ont rendus visite pour parler, avec fraîcheur et simplicité de leur projet. Ils nous ont dit leurs motivations et leurs espérances. Et puis, il y avait aussi Soeur Anne-Céline, hermanita Annita comme on l’appelle là-bas. Elle en revient, elle, de l’Equateur. Elle nous a raconté son amour pour ce pays et pour ce peuple dont elle a partagé la vie humble et joyeuse malgré les difficultés pendant plus de 30 ans. Tous trois sont allés à la rencontre des élèves du premier degré le matin, des délégués des collégiens l’après-midi et le soir encore, des parents qui nous avaient rejoints.

Elève, prof, salarié de Sainte-Anne ou parent, Chacun a pu inscrire son prénom sur un petit cœur qui a rejoint le millier de petits cœurs jaunes, bleus et rouges pour former, comme un seul cœur, le drapeau de l’Equateur.

Et puis nous avons prié : les louanges du matin, l’office du milieu du jour et les vêpres du soir. Car la raison pour laquelle nous faisons tout cela, c’est la foi en un Dieu qui n’a pas de visibilité en ce monde sinon dans le visage du frère, de la sœur, proche ou lointain, de l’humanité tout entière. Sœur Anne-Céline portait une écharpe arc-en-ciel. Elle nous a rappelé que l’arc-en-ciel est, dans la Bible le signe de l’Alliance entre le ciel et la terre, c’est à dire entre Dieu et les hommes et que cette Alliance embrassait toute l’humanité dans sa diversité colorée. Elle a prophétisé que demain, nous allions vivre cette diversité partout, là où nous sommes, et que tous ensemble, nous serions le peuple de Dieu, un peuple comme celui dont parle le  livre de l’Apocalypse, unissant des hommes de toute tribu, langue, peuple, et nation, un peuple de Dieu battant comme un seul cœur, à Neudorf comme en Equateur.

Merci à Sœur Anne-Céline, à Emeline et Antonin, aux congrégations de la Divine Providence de Saint-jean de Bassel et de Ribeauvillé qui portent ce projet, à nos Sœurs qui vivent dans notre école qui nous soutiennent de leur présence et de leur prière, aux élèves, aux parents, aux salariés de Sainte-Anne, aux enseignants, à la direction, à l’équipe d’animation pastorale. Au Seigneur.

L’album souvenir…

Nous publions ici les dessins réalisés par des élèves de 5e qui ont été collectés lors d’une célébration le 1er avril, au lendemain de la journée de solidarité et que les participants au projet « Tous en coeur pour l’Equateur » emporteront dans leurs valises pour les offrir aux enfants de ce pays qu’ils rencontreront…

Journée de solidarité 2015 : un seul cœur pour l’Equateur