Une architecture pleine de vide

 

Matthieu

 

Dans le cadre de Collège au Cinéma, deux classes de troisième sont allées voir le film de Jean Renoir, La Grande Illusion.

Dans ce chef d’oeuvre du cinéma français, le réalisateur attache une importance particulière à sa manière de cadrer les espaces, jouant des ouvertures et fermetures, des premiers et arrières plans. Tout semble constamment ouvert alors que nous suivons un groupe de prisonniers.

D’où le thème sur lequel se sont penchés nos têtes pensantes : une architecture pleine de vide.

Pour une petite aération de l’esprit, c’est par ici.

Une architecture pleine de vide