Bol de riz 2014, quand la solidarité fait recette

IMG_3276Prenez 50 kg de riz et versez-les dans 100 litres d’eau bouillante. Laissez cuire le temps nécessaire. Servez accompagné d’une sauce tomate*. Ajoutez-y une dose de communication et pas mal de bonne volonté. Une recette simple qui a eu l’air de plaire… Il semble que la participation au bol de riz de la Journée de solidarité du 15 avril dernier a été en net progrès cette année et nous nous réjouissons de ce succès. Les bénéfices iront à l’école des Sœurs de la Divine Providence de Ribeauvillé, notre tutelle, qui est à Bangui, la capitale de la Centrafrique.

Outre le Bol de riz de midi, la journée s’est déroulée en rencontres et temps de prière. Le matin, les Sœurs Edith-Marie Ritter et Marie-Véronique Nkombo ont  expliqué aux élèves du cours élémentaire comment vivent les enfants de Centrafrique et la situation actuelle du pays. L’après-midi, c’était le tour des élèves délégués des classes du secondaire. Ils auront pour mission de partager avec leurs camarades de classe ce qu’ils ont vécu en cette journée. Soeur Edith-Marie Ritter a longtemps vécu en Centrafrique et était sur place au début du conflit qui déchire aujourd’hui le pays. Elle nous a mis en garde contre certaines manières qu’ont parfois les médias de présenter les choses. Selon elle, cette guerre qu’ont dit religieuse, était au départ une guerre politique déclenchée par des milices étrangères qui veulent prendre le pouvoir dans ce pays. Jusqu’alors chrétiens et musulmans vivaient en paix. A présent, le conflit a monté les uns contre les autres et corrompu toutes les relations. Dans le chaos économique et politique, on ne sait plus très bien qui agresse qui. Le pays est entré dans le cycle infernal de la violence qui engendre la violence.

Cependant, l’espoir est encore permis. A Bangui, la situation est à présent plus calme et l’école des Sœurs, fermée depuis plus d’un an, a rouvert ses portes depuis quelques semaines. Les fonds collectés à l’occasion de la Journée de solidarité pourront donc très vite servir à agrandir l’école et à offrir aux élèves des conditions de scolarité meilleures.

Le soir, vers 18h30, les parents, amis et collègues de Sainte-Anne étaient conviés, eux aussi à une rencontre avec les Sœur Edit-marie et Marie-Véronique. Un repas Bol de riz achevait cette soirée permettant à ceux qui le souhaitaient de participer également à l’effort que tout acte de solidarité et de charité suppose pour être authentique.

Nous tenons à souligner ici la bonne participation aux temps de prière qui ont été proposés au cours de cette journée.

Un grand merci au Sœurs Edith-Marie et Marie-Véronique pour cette journée qu’elles nous ont consacrée. Merci aux élèves pour leur participation enthousiaste à l’opération Bol de riz. Merci aux parents, amis et collègues qui, d’une manière ou d’une autre, nous ont soutenus dans cette initiative. Merci pour tous les dons fait en faveur de L’école des Sœurs de Centrafrique. Merci à Sœur Bénédicte et à M. Levert pour leur aide et leur soutien. Merci à Laurent qui mouillé la chemise en servant le bol de riz aux élèves et le soir encore pour sa préparation. Et je ne veut pas oublier ici de remercier tout spécialement notre chef ! La recette n’est peut-être pas bien compliquée… Mais essayez donc de préparer du riz pour plus de 500 personnes : vous vous apercevrez surement qu’il ne s’agit pas d’une petite affaire.


Vous serez vraiment grands from Pastorale Sainte-Anne on Vimeo.

* D’après des calculs tout à fait approximatifs à vérifier dès que possible auprès de notre chef.

Bol de riz 2014, quand la solidarité fait recette